Une réflexion sur “Non classé

  1. Une très belle Journée : intéressante et enrichissante …
    Effectivement à reprogrammer …à suivre !

  2. oh, c’est une bien belle histoire que ce lait maternel qui jaillit enfin, après qu’une professionnelle ait pris le temps d’accueillir la tristesse de sa mère !
    Merci !

  3. BONJOUR
    JE SUIS SAPEUR POMPIER A SAINT QUENTIN DANS L’AISNE, JE VIENS VERS VOUS CAR J’AI VU SUR LE SITE DE LA JOC QUE VOUS SOUHAITER PUBLIER DES RECITS SUR LE PERSONNELS DES URGENCES ET DES POMPIERS EN LIEN AVEC L’ACTUALITE SOCIALE.
    DANS L’AISNE LES SAPEUR POMPIERS SONT EN GREVES DEPUIS LE 26 JUIN DERNIER ET NOUS AVONS FAIT DEUX RASSEMBLEMENTS AVEC LES PERSONNELS DES URGENCES DE L’AISNE ET DE SAINT QUENTIN, JE PEUX VOUS METTRE EN RELATIONS AVEC LE PERSONNELS SAPEURS POMPIERS ET DES URGENCES

  4. Merci ! J’ai pris un grand plaisir à tout lire. Cette énergie ainsi partagée avec générosité est précieuse. Cela donne envie d’écrire ! Bravo pour cette initiative !

  5. Belle analyse de cette période fantôme .sera t elle que périodique …. L avenir me semble bien incertain..☹️

  6. Oh ! C’est génial cet atelier ! Quelle créativité! Toute cette richesse de l’ame et du coeur, bravo à tous.

  7. Dire Le Travail 5DLT) a une réelle expertise dans l’explicitation du travail. Des témoignages de professionnels, les auteurs de DLT en ont fait de réelles productions littéraires contextualisées.

  8. Bonjour,
    Animateur dans un CFA du Bâtiment, je cherche à me procurer cet ouvrage pour l’utiliser comme support avec les jeunes dont j’ai la charge.
    Serait-il encore disponible, et comment pourrais-je m’en procurer une trentaine ?

  9. Je souhaite saluer Geneviève Zoîa dont je découvre que la thèse a été dirigée par Nicole Belmont dont j’ai suivi avec bonheur un séminaire qu’elle animait avec le psychanaliste J.P Valabrega, à l’EHESS, un grand moment de partage autour des contes et de la thématique des chronopathies !

  10. Passionnant de voir le métier de ce côté là. J’ai appris des choses. Merci à Gilles et Agnès.