Des récits du travail

Imprimer en temps de covid

L’impression de notre livre Entrées en classe – récits d’enseignants débutants a été réalisé avec beaucoup de retard par rapport au planning initial. L’imprimeur sollicité a bien voulu nous expliquer la situation. Nous publions ci-dessous notre échange, avec son accord bien sûr, comme une façon de raconter son travail qui nous semble bien utile à partager pour mesurer l’impact de la pandémie et du confinement sur l’activité industrielle.

Message pour la coopérative

Monsieur,
Vous nous annoncez une livraison très tardive par rapport à ce qui est indiqué sur votre site (« 5-9 jours ouvrés » après fabrication) et ce que vous m’aviez indiqué au téléphone. Sur la base de ces éléments, nous avions annoncé la disponibilité du livre à une échéance que nous ne pourrons pas tenir, et nous nous trouvons dans l’embarras par rapport aux clients qui ont déjà passé commande. Je suis preneur d’explications de votre part, et de toute proposition de dédommagement pour ce préjudice.
Cordialement,
Patrice Bride

Réponse de l’imprimeur

Je suis navré pour tous ces incidents de retard, dus en grande partie et par effet papillon à la crise du covid et aux fêtes de Noël. Je suis moi-même encore en quarantaine jusqu’au 8 janvier et n’ai toujours pas accès à mes téléphones fixes.

Voici une énumération des tenants et aboutissants qui entrainent à la fois des délais de production quatre fois plus longs que la normale, et une activité huit fois supérieure à celle de l’année dernière à la même période.

Beaucoup de nos éditeurs n’ont pas pu ou pas osé imprimer lors du premier confinement du printemps. Nous avons connu alors une baisse d’activité de 85 % inférieure à ce qu’elle aurait dû être. La plupart des titres ont été décalés à cet automne, ce qui entraine deux rentrées littéraires au lieu d’une pour cette période de l’année.

L’effet de la crise éditoriale et économique a poussé les grands éditeurs qui avaient l’habitude d’imprimer entre 2000 et 10 000 exemplaires en offset à revoir leur tirage à la baisse. Ils se contentent à présent de tirages à 500 ou 1000 exemplaires, et donc sollicitent davantage des imprimeurs numériques comme nous.

Beaucoup d’imprimeurs, offset ou numérique, ont été contraints de cesser leur activité, ce qui a encore grossi notre carnet de commandes.

Les restrictions liées au covid ont un effet très néfaste sur la production. Respecter les normes de distanciation sociale de deux mètres entre chaque personne imposée par le gouvernement ralentit l’intégralité du processus, de la réception des fichiers a l’expédition des livres. Il n’y a plus qu’un technicien par machine au lieu de trois en période normale. Dès qu’une machine tombe en panne, toute l’équipe de la zone de production doit stopper la production afin de laisser place aux ingénieurs chargés de la réparation.

Chaque étape de production est divisée en plusieurs équipes de techniciens, donc en groupes séparés, mais dès qu’un cas covid est repéré, c’est l’intégralité de l’équipe qui doit faire le test et qui est mis 24 h en quarantaine dans l’attente des résultats.

Pendant le premier confinement, la chute de notre chiffre d’affaires nous a forcés à nous séparer de beaucoup de nos meilleurs techniciens. Ceux-ci nous seraient aujourd’hui d’une grande aide, mais ils ont, hélas pour nous, trouvé une autre activité professionnelle.

L’accumulation de tous ces éléments entraine au bout du compte des délais anormalement longs. Nous avons doublé nos effectifs de production pour tenter d’endiguer le problème, mais encore la deuxième zone d’impression et de façonnage qui était censée nous donner un bol d’air pour les délais n’est toujours pas terminée, encore une fois à cause du covid qui ralentit aussi les ouvriers sur le chantier.

Malheureusement nous n’avons pour l’instant aucune solution si ce n’est d’espérer un retour à la normale pour que nous puissions travailler en rythme habituel. Sachez que nous faisons actuellement tout ce qui est en notre pouvoir pour expédier vos commandes au plus vite, toutes les commandes sont en systématiquement mis en « urgence ». Le chef de fabrication est en train d’étudier la date la plus précise possible pour l’expédition de votre tirage, je reviens vers vous dès que j’ai plus d’informations.

Bien cordialement,
Cyril Goy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *